EMI

Expérimentation, Méthodologie et Innovation

Le relais

  • “Le Relais est un réseau d’entreprises qui agit depuis 30 ans pour l’insertion de personnes en situation d’exclusion, par la création d’emplois durables. Membre d’Emmaüs France et de l’Inter Réseaux de la Fibre Solidaire (IRFS). Il ne recherche pas la performance économique pour le profit, mais à atteindre ses objectifs sociaux. Chaque centime généré est réinvesti à des fins de lutte contre l’exclusion.”
  • Pour cela, le Relais récupère dans des bornes prévues à cet effet, les vêtement usés déposés par ceux qui voulaient s’en séparer. En Île de France, 20 tonnes sont acheminées chaque jour vers leur entrepôt, à Chanteloup les Vignes. Ceux-ci seront triés par la centaine d’employés avant d’être revendus, recyclés ou jetés.
  • Cependant, chaque jour, une très grande quantité de vêtements considérés comme des « déchets », car abimés ou de piètre qualité, sont jetés. Officiellement, il s’agit en France de 3% et ceux-ci sont essentiellement en synthétique.

Comment réinvestir les vêtements considérés comme des « déchets » par le Relais?

1. Transformations textiles (essentiellement synthétiques)

  • Fibres synthétiques 

= matières obtenues par synthèse de composés chimiques venant presque exclusivement d’hydrocarbures ou plus récemment d’amidon. (Wikipédia)

– Environ 49% des vêtements dans le monde sont en polyester. Green Peace prévoit que ce pourcentage double d’ici 2030.

  • Techniques de recyclage des fibres textiles:

– Le mélange de fibres textiles différentes dans un même tissu peut causer des difficultés

  • Quelques exemples :

– Hopal, Pull du futur : fibres issues de chutes de production en laine mérinos. 100% recyclé. Tricoté, découpé et confectionné à la Regrippière, à coté de Nantes. Savoir-faire français et artisanal.  150 euros.

– Partenariat entre Institut de Recherche sur les Textiles et les Vêtements de Hong Kong (HKRITA) et la fondation à but non lucratif de la marque H&M. Recyclage de tissus usagés confectionnés avec de nombreux textiles mélangés.

– Lucas Dauvergne, Domoderme, tuiles décoratives, isolants thermiques et acoustiques fabriqués à partir de déchets recyclés ou biosourcés (dont des jeans récoltés par Le Relais). Cf. Tapisseries murales. :

2. Réinvestir les matériaux bruts

  • Établir une typologie des vêtements standards et leurs patrons. Il s’agira d’un outil permettant de réinvestir le répertoire formel et structurel du vêtement comme matière première

cf. Alvaro Catalán de Ocón, Pet Lamp : Réinvestissement de la structure d’une bouteille en plastique avec laquelle sont tissées des fibres naturelles. La laisser visible.

  • Comment ?

– Tentative de solidifier le textiles en les plongeant dans de la colle de farine. Résultats peu concluants.

– Utiliser la couture comme moyen de structurer les textiles

– Partir des groupes de symétrie. Exemple poche de pantalon

– Déstructurer / restructurer les vêtements :

– Les teindre

– Assembler :

3. Travailler à l’échelle architecturale

  • Par le dessin, définir un repertoire de formes et de volumes sans oublier l’échelle
  • Par la 3D, disposer les volumes dans l’espace (cf. jeux de construction). Imaginer un dispositif (grille…) permettant de créer des espaces ?

4. Quels usages ? Quels scénarios possibles ?

– Structurer / dessiner un espace

– Établir un répertoire d’objets

– Un usage qui fait écho au process

  • Références

Next Post

Previous Post

© 2020 EMI

Theme by Anders Norén