EMI

Expérimentation, Méthodologie et Innovation

UN GABARIT POUR LA VANNERIE ARTISANALE MAROCAINE

Au Maroc, la vannerie est une tradition artisanale basée sur la transmission des gestes entre l’artisan et son apprenti. Elle souffre aujourd’hui d’un manque d’engouement de la part des jeunes. La technique et la technologie évoluent sans que les artisans possèdent les connaissances pour faire évoluer leurs pratiques en lien avec leur temps. Notre démarche consiste à familiariser l’artisan vannier à de nouveaux procédés de pointe afin d’ancrer sa démarche dans des logiques plus actuelles. Le postulat de départ est le suivant : comment créer des outils permettant à l’artisan vannier de revaloriser sa pratique tout en la rendant plus attractive pour les jeunes ?

Dans cette optique nous avons imaginé un outil visant à simplifier le tressage des fibres végétales. Celle-ci a pour vocation de varier la production des artisans, en leur offrant un plus grand éventail de possibles. Ce projet a pour ambition de rentabiliser davantage le temps des vanniers, de leur faire aborder de nouveaux terrains d’expérimentations et de transmettre efficacement ce goût de la vannerie aux jeunes apprentis.

Au départ employée pour confectionner des paniers, des nattes ou des bâts, la vannerie est maintenant adoptée par les marocains dans leur usage domestique. Cette discipline requière un savoir-faire précis et du temps afin de mettre en œuvre ces fibres végétales. En plus d’avoir une production à petite échelle, de l’ordre d’un panier/jour, qui ne lui concède pas une grande rentabilité, l’artisan marocain doit suivre certaines tendances contemporaines pour continuer à vendre ses productions.

Suite à un échange avec l’artisan, il a été mis en évidence quelques points essentiels à aborder. La récurrence de certaines formes témoigne de l’ancrage culturel et n’invite plus à l’expérimentation. Ce sont des objets reconnus, qui ont fait leurs preuves, et maintenant hisser au rang de standards. La recherche de nouvelles propositions formelles est apparue comme une évidence. Actuellement et dans une volonté de moderniser sa pratique, l’artisan utilise des gabarits métalliques sur lesquels il tresse. Ce sont des gabarits solidaires à l’objet produit, ils ne sont ni démontables, ni réemployables, en plus d’une fabrication longue et onéreuse.

Catalogue de profils et assemblage 3D de l’outil

Notre projet vise à proposer un outil composé de plusieurs profils interchangeables. La qualité de cette solution réside dans les formes complexes et infinies qu’elle propose et dans le fait que le gabarit soit démontable et réemployable grâce à un simple assemblage mécanique. Cette méthode requestionne les limites de la vannerie en donnant notamment la possibilité de créer des formes inattendues en mélangeant différents gabarits pour la réalisation d’une même pièce.

Simulation en 3D des volumes obtenus par révolution

Une fois les tracés transmis à l’artisan, celui-ci, accompagné de ses apprentis, a pu expérimenter ce nouvel outil et commencer à se l’approprier.

Suite à ce premier test, quelques modifications ont été apportées aux gabarits à la demande de l’artisan afin de faciliter le travail de mise en forme et le fonctionnement de ce nouvel outil.

Evolution du profil des gabarits

Dans une volonté d’explorer les limites de cette méthode, une autre pièce a été réalisée par l’artisan en mélangeant deux profils de gabarit. De cette manière, il est possible d’imaginer une grande variété de formes.

Dans la continuité de notre intention de départ de rendre plus accessible le métier de vannier auprès des jeunes tout en leur permettant de s’approprier ce nouvel outil, nous avons imaginé un protocole de création. Celui-ci sert de guide, leur offrant, ainsi qu’à l’artisan, la possibilité de dessiner leurs propres profils de gabarit.

Ce projet nous a amené à repenser une partie de la logique de production du vannier marocain. Notre proposition de gabarit a permis d’explorer de nouveaux possibles sur le plan de la forme.
Cette démarche a réinvité l’expérimentation au cœur de l’atelier en apportant du neuf à un artisanat traditionnel. L’artisan peut ainsi former efficacement ses apprentis par une facilitation de l’accès aux gestes. Dans cette optique la proposition valorise la transmission et ce goût de la vannerie aux jeunes apprentis.
Ce travail se positionne comme la fin d’une démarche initiale et les prémices d’une nouvelle autre.

Lien vers la cartographie :
https://emi.ensad.fr/wp-content/uploads/2021/06/cartographie-vannerie-Wilfried-Becret-et-Yohann-Bonnet.pdf
Lien vers le dossier complet du projet :
https://emi.ensad.fr/wp-content/uploads/2021/06/Dossier-complet-Un-gabarit-pour-la-vannerie-artisanale-marocaine-Wilfried-Becret_Yohann-Bonnet_Nouhayla-Hajoub-compresse.pdf
Lien vers le protocole de création :
https://emi.ensad.fr/wp-content/uploads/2021/06/Protocole-dessin-profil-a-main-levee.pdf

Projet réalisé par Wilfried Becret, Yohan Bonnet et Nouhayla Hajoub
Partenariat ENSAD/EMADU 2021

Au Suivant Poste

Précedent Poste

© 2021 EMI

Thème par Anders Norén